Ah, ce bon vieux 8 mars.

Hier matin, j’ai reçu un message me souhaitant « Bonne journée ». Jusque-là, pas de quoi s’énerver. Même si, aux yeux d’une certaine partie de la population des internets, depuis que j’ai fait un court métrage dénonçant le viol conjugal je suis de fait devenue une harpie aigrie sautant à la gorge de tous ceux qui tenteraient d’être sympa.

Pourtant, ce sms venait d’un individu de sexe masculin. C’est vous dire si toutes les conditions étaient réunies pour provoquer ma crise d’hystérie matinale. Et pourtant… rien.

En plus, ce « bonne journée » était lui-même suivi d’un smiley qui cligne de l’œil. Enfin c’est ce que j’ai supputé, parce que moi je reçois que des carrés de toutes façons alors bon.

Non, j’ai trouvé ça plutôt sympathique. J’ai retourné les bons vœux à son envoyeur, envoûtée par la beauté du monde et la gentillesse de mes concitoyens.

Dans le bus, j’ai eu la nette impression que le chauffeur insistait sur « bonne journée » plus que d’habitude. En même temps il pleuvait, alors je comprends, c’était pas gagné. C’était un « bonne journée » d’encouragement, pour que je tienne le coup.

Je suis allée chez le buraliste pour acheter le journal, étant hors de France ce week-end j’étais en retard des trois derniers épisodes de FILLON, et lui aussi m’a souhaité une « bien bonne journée, hein ! ».

Le buraliste, pas Fillon.

J’ai regardé autour de moi et j’ai vu qui ornait la première page d’un magazine féminin à la typographie tapageuse

« Madame, aujourd’hui c’est vôtre journée! »

Je suis sortie, perplexe. Ce n’était pourtant pas mon anniversaire. Je vérifiais la date sur le papier recyclé. Non, je n’avais pas été cryogénisée pendant six mois. Zut alors, pourquoi c’était la mienne cette journée ? Quelqu’un me l’avait donnée ? C’était ça le cadeau de Zach pour le secret santa qu’il n’avait « pas encore reçu par la poste » ?

Bof Bof. Ça valait quand même pas le maxi paquet de dragibus que j’avais mis deux heures à trier pour qu’il lui reste plus que les jaunes. Ouais il a de sacrés goûts de chiottes mais il veut pas l’admettre.

J’étais dég.

Qui voudrait un 8 mars pour Noël ? Sérieusement ? Non mais un mercredi en plus !

Je me sentais lésée.

Bon en fait je me suis renseignée et c’était bel et bien un cadeau qu’on nous avait fait, mais à nous toutes, les femmes. Et celui qui croirait bon de citer Julio Iglesias sera envoyé au bûcher. Oui, je suis extrémiste.

On nous l’avait offert comme un cadeau pour se faire pardonner de la vie qu’on nous imposait, qui pour le coup, n’en était pas un.

Le premier 8 mars était en fait un 19 mars, il a été donné en grande pompe à Clara Zetkin, grande militante féministe, au temps où « féministe » n’était pas synonyme d’agent de la Stasi qui se lave pas sous les bras.

Puis le 19 mars s’est transformé en 8, allez savoir pourquoi, peut-être plus doux, plus rond en bouche.

Le sujet n’est pas « suis-je pour ou contre le 8 mars ? » parce que primo, tout le monde s’en fiche pas mal de mon avis sur les questions éthico-sociales et ce peut-être parce que franchement on a tous une tante un peu révolutionnaire un peu coco qui met des chapeaux bariolés et qui fait bien mieux le job que moi. Ensuite, parce que ce n’est pas le sujet, tout simplement.

Je ne vais pas m’ériger contre un symbole, ça n’aurait pas de sens. Là où je peux protester, c’est dans le fait qu’on ait besoin de ce genre de choses pour effleurer du bout des doigts l’illusion d’une égalité. L’espace d’une journée.

On a besoin de quotats de femmes pour établir la parité, on a besoin de lois pour obliger les hommes à nous respecter, on a besoin de journées pour rappeler aux hommes qu’on existe. Je trouve ça plutôt triste.

Alors oui, hier, c’était peut-être ma journée. Notre journée. On aurait dû mettre la femme à l’honneur, leur donner l’opportunité de s’exprimer, retransmettre des documentaires sur les activistes féminines, sur les artistes féminines, sur les intellectuelles féminines, sur les artisans féminines…

Au lieu de ça, vous savez ce qu’on retiendra de cette journée ?

Que le Barça a gagné. Parce que contre une équipe de 11 joueurs payés des millions d’euros pour taper dans une balle en cuir de vachette, on ne peut décemment pas lutter.

Ah, non, on a eu ça aussi :

etam_reference

 

Parce qu’on aurait eu tort de s’en priver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alep

Chers membres du gouvernement français, je vous vois tous plantés là et je me dis :

« non pourtant j’ai bien recompté, aucune infirmité à recenser.
soixante-seize bras, soixante-seize jambes, ils sont tous là. »

Alors dîtes-moi, chers, très chers (9 940e par mois, ça nous fait quand même du 2485e par membre) membres du gouvernement français, quel est le problème, pourquoi ne bougez vous jamais?
Puis j’ai compris.
J’ai compris que si vos bras étaient gros aujourd’hui, et que vous pesiez lourd, ce n’était que de l’impuissance que vous aviez allègrement pris sous vos ailes.

J’ai compris que toute la peine et la culpabilité que vous ressentiez n’y trouvaient plus de place, tellement vous aviez laissé l’incapacité s’y
amonceler.

Eh bien aujourd’hui messieurs dames, j’ai une proposition à vous faire :
laissez-moi vous débarrasser.
Oui messieurs, votre impuissance, je pourrais même vous la racheter.
Voire même l’empaqueter et la revendre à Pfizer.
Vous voyez? J’suis super motivée.

Parce que j’ai compris moi oui, qu’il n’y a que quand on est libres qu’on peut enfin aider.
Mais oui, moi je suis sûre que vous êtes plein de bonne volonté.
Ca doit faire des années que vous êtes bien embarrassés!
Alors donnez! N’hésitez pas, mettez moi tout là, sur l’avant-bras.

Comme ça vous aurez les mains libres!
Et vous pourrez agir.
Agir enfin pour ce pour quoi on contribue à vous faire exister :
venir en aide aux peuples opprimés.

 

https://www.amnesty.fr/actions/alep

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/12/16/alep-la-prochaine-etape-est-un-cessez-le-feu-sur-l-ensemble-du-territoire-affirme-poutine_5049893_1618247.html

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2016/12/16/dans-les-larmes-et-le-sang-l-adieu-des-insurges-a-alep_5050033_1618247.html

 

 

Grrrraouille

Article du 25/11/2016

Ce matin je me baladais sur les chemins, j’avais envie de dire bonjour à n’importe qui.
Il était beaucoup trop tôt, je n’ai trouvé personne. Cependant j’ai tout de même trouvé de quoi subtiliser mon attention.
Le sublime Johnny Depp trônant fièrement sur l’abribus sous lequel j’étais condamnée à attendre 25 minutes, étant donné que comme je le disais, il n’y avait personne.

RATP : Risque d’Attente Très Probable

SAUVAGE, embrace your inner wild.

 

 

Lire la suite « Grrrraouille »

Pourquoi j’ai décidé de trier les 22934 emails de ma boite de réception.

Capture d’écran (94).pngEt ainsi, de ruiner un après-midi entier à cliquer sur deux boutons.

Je pense qu’un individu n’ayant jamais travaillé à l’usine, ou n’ayant jamais vidé sa boite mail ne sait pas encore ce qu’est l’aliénation.

La vraie.

Sélectionner-Supprimer-Sélectionner-Supprimer-Pourquoi on peut pas tout sélectionner ?!-Décocher celui-là parce que quand même un jour je le relierai-Supprimer-Corbeille-Sélectionner-Tout sélectionner-Supprimer-Oh nooon pourquoi j’ai catégorisé ma boite de réception !-

Lire la suite « Pourquoi j’ai décidé de trier les 22934 emails de ma boite de réception. »

Le débat des Sisyphes

(Format vidéo à qualité médiocre à la fin de l’article)

600x350-ct.jpg

Pour les moins chanceux, vous comprenez l’allusion.

Pour les autres, ceux qui découvriraient Albert Camus, sachez tout d’abord que je vous jalouse. Découvrir un texte pour la première fois est un des plus beaux plaisirs que la vie puisse vous offrir. Gratos.

Le mythe de Sisyphe fait partie de la trilogie de l’absurde de Camus. D’où le double signifiant ici. N’étant pas en capacité de vous faire un cours de philosophie, voici brièvement ce dont il s’agit :

Sisyphe est un paria, pas super sympa avec ses pairs, il empêchait notamment les morts d’aller se reposer peinard en enfer. Un beau jour, comme quoi la beauté est subjective, il se retrouve condamné pour ses méfaits à des travaux d’intérêts généraux à perpétuité. Sa peine consiste à faire rouler un rocher jusqu’au sommet d’une montagne, sommet que ledit rocher n’atteindra jamais car ne daignant s’arrêter de rouler. Ce résumé étant une insulte au génie de Camus, je vous conseille vivement de ne pas vous priver de lire son œuvre dans sa globalité.

Pour être primaire, ce débat fut primaire. Au moins vous étiez prévenus.

Des primaires déprimants.

C’est marrant, tous les sept vous me faisiez penser à une bande de joyeux drilles bourgeois face à la plus belle fille de l’école. Une fille que vous avez snobée pendant des années, pas au niveau, pas si jolie, sans grand intérêt. Puis petit à petit, elle s’est faite une réputation. Elle a attiré votre regard en attisant celui des autres.

Dès lors votre seule préoccupation est devenue de la séduire afin de pouvoir vous pavaner à ses côtés au bal de fin d’année.

Vous êtes drôles à autant vous tirer la bourre que dans les pattes. C’est à qui fera le plus d’esprit, aura le meilleur mot.

NKM au milieu de vous a l’air embarrassée, sûrement ayant à coeur de cajoler cette jeune fille tant éprouvée par les affres de la testostérone survoltée. Elle serait l’atout féminin de la bande qui recolle les morceaux après que vous les ayez piétinés.

Alors vous y allez de tous vos arguments : c’est à qui proposera la plus belle vie, le plus bel avenir.

Messieurs, on vous voit venir avec vos baisses d’impôts. Vos arguments sont aussi crédibles que la couleur de cheveux de Jean-Frédéric Poisson (ou sa candidature, au choix).

Quand on vous regarde comme ça alignés, et qu’on pense qu’on est censés croire que vous êtes l’avenir de la France, ou qu’en tous cas vous le représentez.

On se dit : « merde ».

Et j’apprécie tout particulièrement cet argument, j’ai d’ailleurs un ami qui a une sœur qui elle-même s’en sert très souvent.

Non mais si c’est vous notre avenir, moi je veux bien vivre dans le passé.

Comment voulez-vous qu’on se sente représentés ? Sérieusement, vous avez vu à quoi vous ressemblez ? La France de demain ? Vous n’êtes même pas la France d’aujourd’hui !

Ça pour parler du minimum vieillesse, y’a du monde. MAIS FORCEMENT C’EST VOTRE PRIORITE !

Nous on s’est fait à l’idée de pas avoir de retraite, parce que plus vous la repoussez plus on sait qu’on y arrivera pas. Puis parce qu’on a changé de mentalité. On sait plus vraiment ce que c’est de cotiser. Je vous jure, entre vous et nous, y’a un monde. Un monde dans lequel vous n’avez jamais mis les pieds.

Et vous prétendez pouvoir le gouverner ?

Pas un bronzé, pas un bridé, pas un gay, UNE femme et encore, vous l’avez mise sous GHB.

Pas un seul représentant de vos bien aimées « minorités ».

On vous a vu, on vous connaît.

Sauf toi Poisson, mais de toutes façons d’après les statistiques, d’ici trois mois tu nous auras oubliés.

Même les journalistes qui vous interviewent n’ont pas changé.

Jean-Pierre Elkabbach.

JEAN PIERRE ELKABBACH putain.

Le mec qui est né en même temps que toutes les chaines de télé !

Quand on voit le niveau des questions, qui donnent le ton quant à la qualité de vos réponses, on a vraiment l’impression de vous observer pendant un de vos dîners.

Vous voulez baisser le nombre de fonctionnaires, Nathalie estime qu’après tout y’a des milieux où on a pas besoin de régime spécial.

Moi je pense qu’on est d’accords. On commence par vous, du coup ?

Vous savez, certains seraient prêts à tuer pairs et maires pour bénéficier de la gratuité d’une visite médicale. Un vrai pays de sagouins.

En parlant de maires, Lemaire qui parle du risque de « gagner le RSA jusqu’à la retraite ». On lui explique?

Fillon qui affirme ne pas vouloir diminuer les services de la fonction publique en supprimant des postes car il prévoit d’augmenter le temps de travail des titulaires. Si t’augmentes le temps de travail des individus déjà en poste pour pallier à un besoin de main d’œuvre supplémentaire, ça te fait embaucher…

Attends…

1+1 – 2 au carré fois 3 racine de ….

PERSONNE.

Aucun remplacement sur les 500 000 départs à la retraite. Donc les gars qui envisageaient de passer le concours, circulez, y’a rien à voir. On filera une classe supplémentaire à chaque prof, ça va, 4h de boulot en plus ça va pas les tuer.

Sarkozy qui estime anormal les aides octroyées aux étrangers alors qu’on peine à subventionner nos propres compatriotes français. Quand je dis propre, moi je m’engage pas, c’est Juppé qui confond seuil de propreté avec seuil de pauvreté.

Alors Nico, quand tu dis « étranger » faut expliquer. Parce que sinon c’est pas vrai. Il suffit pas d’être étranger avec un pied sur le sol français pour bénéficier d’une affluence de deniers. Balivernes et billevesées.

Il faut avoir des PAPIERS qui sont délivrés sous des conditions que tu as toi-même fixées il y a quelques-années. Y compris travailler. Et quand il s’agit de les payer t’es quand même bien content d’avoir réussi à les régulariser. Les personnes en situation illégale ne te coûtent rien, pas un regard ni même une pensée. Ce qui coûte cher c’est de les rapatrier tu dis ? T’oublies de préciser combien ça t’a rapporté.

A ce sujet, Jean-Pierre Elkabbach manifeste sa crainte face à la mondialisation et des envies de Bruno le dingo à vouloir créer des « jobs à 5 euros ». « _On a peur que vous créiez des mini-Jobs sous payés ». (il dit « djobz », comme ma mère dit « djeunz ». Dans le coup Elkabbach)

T’inquiètes Steve, repose en paix. Pour ça on t’a envoyé tous nos Français !

Enfin Jean-Frédéric, l’agité du bocal. Le garnement réformé tient à rassurer les familles. C’est important ça la famille. Si votre enfant a du mal à rentrer dans les rangs, une petite maison de correction ou un internement et vous verrez, ce sera vite réglé !

Je vous fais gré de l’ode de Sarko pour le nucléaire, ou encore de celle de Copé aux pays en guerre.

Non mais sérieusement.

Entre nous.

Vous allez vraiment payer 2 euros pour voir ces fifres se faire des pieds-de-nez ?

Je sais pas vous mais moi je trouve que ça fait cher l’élection de délégués.

 

Okay Donald, congrats… Please, PLEASE, don’t be a duck.

 

(OK, one full  moon and she’s becoming sentimental)

 

Well, you say you want to change the world?

Yeah, I’m pretty sure we’re ready too.

But after all the stories we’ve been told

How could we know you really do?

 

First stop talking about « some minorities »

If you truly want to fight segregation

History proves that creating disparities

Has never done any good to any nation.

 

Though, who are we to discuss your elected president?

He seems to give you hope and this ain’t nothing.

I sincerely wish he won’t play with your first amendment

And that we won’t never have to watch him dancing .

 

Still, let me be clear on this

I am not trying to evangelize Hillary,

It’s not big news, we know she sucks,

Only William would disagree.

 

Thus if you’d try to talk with us

We’d be willing to understand

Instead of fight we could discuss

Before everything is out of hand

 

And if you picked up the wrong guys

Well you know what? So did we!

See, there’s no need to apologize

We all one day have felt lonely.

 

 

 

 

 

 

 

 

O